URANUS

Ce terme, qui désigne une planète, sert à définir analogiquement un processus et un pôle directeur de tout élément relevant de ce processus. Le processus uranien est caractérisé par la transformation brusque, la mutation c'est-à-dire le changement qui s'est conditionné graduellement, mais apparaît d'un coup. Ce symbolisme étant tel, on en appliquera par exemple la notion à un évé­nement qui surgit comme une conséquence dont on n'avait pas prévu la date, à l'industrie, force nouvelle et internationale par nature, aux grandes découvertes aussi bien qu'à l'utopie qui bouleverse le monde, etc... En un mot, le symbole Uranus correspond à tout ce qui est originalité, changement de phase, mouvement mondial rapide.

Dans le détail, il existe de multiples correspondances ; l'astrologie a, par exemple, fixé les attributs classiques du symbole uranien. Abusivement ou non, on a même décrit un type uranien caractérisé par un tempérament et un caractère. Outre que les descriptions proposées ne correspondent à aucune morphologie définie ou reconnaissable, il semble que ces symboles étrangers au cycle des sept planètes de la Tradition, s'appliquent plutôt à un plan extra-individuel de la réalité. Que le parfait industriel novateur présente par quelque côté des analogies avec le processus uranien (qui caractérise précisément l'industrie), rien de plus naturel ; mais alors, on a à faire à « l'homme de la chose » et non à l'homme. Tout se passe comme si cette planète, découverte après la clôture de l'ère individualiste, commandait un symbolisme propre aux collectivités et aux forces universelles.

 URINE

L'urine a aussi des vertus admirables. Elle guérit la teigne et les ulcères des oreilles, pourvu qu'on la boive venant d'un jeune homme en bonne santé. Elle guérit aussi de la piqûre des ser­pens, des aspics, et autres reptiles venimeux.

Il paraît que les sorcières s'en servent pour faire tomber la pluie. Delrio conte que, dans le diocèse de Trèves, un paysan qui plantait des choux dans son jardin avec sa fille, âgée de huit ans, donnait des éloges à cet enfant sur son adresse à s'acquitter de sa petite fonction. Oh! répondit l'enfant, j'en sais bien d'autres. Retirez-vous un peu, et je ferai descendre la pluie sur telle partie du jardin que vous désignerez. — Fais, reprend le paysan surpris, je vais me retirer. Alors la petite fille creuse un trou dans la terre, y répand de son urine, la mêle avec la terre, prononce quelques mots, et la pluie tombe par torrens sur le jardin. — Qui t'a donc appris cela? s'écrie le paysan étourdi. — C'est ma mère, qui est très-habile dans cette science. Le paysan, plein de zèle, fit monter sa fille et sa femme sur la charrette, les amena à la ville, et les livra toutes les deux à la justice.

 URNE

Vase où l'on conservait les cendres des morts après les avoir brûlés. Il servait aussi à la divination par ces cendres. Aux yeux du devin, en effet, les grains de cendre formaient des figures, tout comme le marc de café forme des figures qu'interprètent les voyants.