L'AGRIPPA

 Ou selon les régions : Egremont, Egromus, Ar Vif, An Negromans ou encore livre de l’igromancie.

L’Agrippa est un livre ou plutôt un grimoire.

Sa taille est telle que debout il a la hauteur d’un homme.

On dit que ce livre est vivant et quand on n’a pas à le consulter on doit le maintenir fermé avec un gros cadenas et le suspendre à une poutre tordue pour que personne ne puisse l’ouvrir par mégarde.

Ses feuilles sont rouges et quand on l’y contraint, le livre y fait apparaître ses caractères en noirs.

Ce grimoire doit être signé par le diable.

L’homme qui possède un agrippa ne peut s’en séparer sans le secours d’un prêtre et seulement à l’article de la mort.

A l’origine, seul les prêtres possédaient des agrippas. Il leurs apparaît le lendemain de leurs ordination sans que personne ne sache d’où il vient. Cependant, la révolution en fit tomber dans les mains de clercs ou autres profanes, et il s’en trouve aujourd’hui dans quelques fermes et sont considérés comme des livres « étranges ».

On dit d’un homme qui ne soit pas prêtre et qui possède un agrippa qu’il sent le souffre, parce qu’il fait commerce avec le diable.

L’agrippa contient le nom de tous les diables et enseigne comment les évoquer.

Il enseigne aussi sur la damnation d’une âme en consultant les démons un a un et en leurs demandant si ils ont pris l’âme du défunt. Si ils répondent tous par la négative, c’est que l’âme n’est point damnée.