Quelques Loups-Garous célèbres

 

 

 DAMNETUS, ou DAMACHUS

Loup-garou, de l'antiquité. On conte qu'ayant mangé le ventre d'un petit enfant sacrifié à Jupiter Lycien en Arcadie, il fut changé en loup. Mais il reprit sa première forme au bout de dix ans. Il remporta même le prix de la lutte aux jeux olympiques.

 

GARNIER (GILLES)

Loup-garou, con­damné à Dôle sous Louis XIII, comme ayant dévoré plusieurs enfants. On le brûla vif, et son corps réduit en cendres fut dispersé au vent.

«Henri Camus, docteur en droit et con­seiller du roi, exposa que Gilles Garnier avait pris dans une vigne, une jeune fille de dix ans, l'avait tuée et occise, l'avait traînée jusqu'au bois de La Serre, et que, non content d'en manger, il en avait apporté à sa femme;

qu'un autre jour étant en forme de loup (travestissement horrible qu'il prenait sans doute pour sa chasse), il avait également tué et dévoré un jeune garçon , à une lieue de Dôle, entre Grédisans et Monotée; qu'en sa forme d'homme et non de loup il avait pris un autre jeune garçon de l'âge de douze à treize ans, et qu'il l'avait emporté dans le bois pour l'étrangler....»

Son procès est raconté dans un arrêté mémorable du Parlement de Dôle de 1574.

 

GRENIER (JEAN)

Loup-garou qui flo­rissait vers l'an 1600. Accusé d'avoir mangé des enfants, par Jeanne Garibaut et par d'autres, quoi qu'il eût à peine quinze ans, il avoua qu'il était fils d'une prêtre noir ( prêtre du sabbat ), qui portait une peau de loup, et qui lui avait appris le métier. On ne sait ce que devint ce jeune homme.