CURMA

Du temps de saint Augustin , un paysan des environs d'Hippone , nommé Curma , mourut un matin et demeura deux ou trois jours sans sentiment. Comme on al­lait l'enterrer, il rouvrit les yeux et demanda ce qui se passait chez un autre paysan du voisinage qui, comme lui , se nommait Curma : on lui répondit que ce dernier venait de mourir à l'instant où lui-même était res­suscité.-Cela ne me surprend pas, dit-il ; on s'était trompé sur les noms; on vient de me dire que ce n'était pas Curma le jardinier , mais Curma le maréchal, qui devait mourir. -Il raconta en même temps qu'il avait entrevu les enfers ; et il mena depuis meilleure vie.