GERVAIS

Archevêque de Reims, mort en 1067, dont on conte cette aventure. Un che­valier normand qui le connaissait voulant, pour le besoin de son âme, aller à Rome visiter les tombeaux des saints apôtres, passa par Reims, où il demanda à l'archevêque sa bénédiction, puis il reprit son chemin, dont il s'était écarté. Il arriva à Rome, et fit ses oraisons.

Il voulut ensuite aller au mont Saint-Ange. Dans son chemin, il rencontra un ermite qui lui demanda s'il connaissait Gervais, arche­vêque de Reims ; à quoi le voyageur répon­dit qu'il le connaissait.

- Gervais est mort, reprit l'ermite.

Le Normand demeura stupéfait ; il pria l'inconnu de lui dire comment il savait cette nouvelle.

L'ermite lui répondit, qu'ayant passé la nuit en prière dans sa cellule, il avait en­tendu le bruit d'une foule de gens qui marchaient le long de son corridor en faisant beaucoup de bruit; qu'il avait ouvert sa fenêtre, et demandé où ils allaient; que l'un d'eux lui avait répondu : Nous sommes les anges de Satan; nous venons de Reims. Nous emportions l'âme de Gervais ; mais à cause de ses bonnes oeuvres, on vient de nous l'en­lever, ce qui nous fâche rudement.

Le pèlerin remarqua le temps et le jour où il avait appris tout cela, et de retour â Reims, il trouva que l’archevêque Gervais était mort à la même heure.