VOLET, Marie

Vers l'année 1691, une jeune fille, de la paroisse de Pouillet en Bresse, auprès de Bourg, se prétendit possé­dée. Elle poussait des cris que l'on prit pour de l'hébreu. L'aspect des reliques, l'eau bé­nite, la vue d'un prêtre, la faisaient tomber en convulsions. Un chanoine de Lyon un­sulta un médecin sur ce qu'il y avait à faire. Le médecin visita la possédée ; il prétendit qu'elle avait un levain corrompu dans l'es­tomac, que les humeurs cacochymes de la masse du sang et l'exaltation d'un acide violent sur les autres parties qui le compo­sent étaient l'explication naturelle de l'état de maladie de cette fille. Marie Volet fut en­voyée aux eaux minérales ; le grand air, la défense de lui parler du diable et de l'enfer, et sans doute le retour de quelque p iix clans sa conscience troublée, calmèrent ses agite-tiens ; bientôt elle fut en état de reprendre ses travaux ordinaires.