EXORCISME

L'exorcisme est une opération magique qui a pour but de chasser le démon, de purifier et de préparer la sanctification. L'exorcisme est donc un des temps des sacrements et bénédictions (baptême, consécration d'une église, etc...).

L'exorcisme d'une maison hantée procède, outre les opérations purement ma­giques (attitudes, gestes, etc...) d'un rituel long et complexe (Psaume 5, Psaume 39, bénédiction, chant du Veni Creator, prières liturgiques, adjura­tions, Psaumes 119, 120- 121, 122 et 123, Kyrie, Pater Noster, prière, aspersion, Psaumes 124 à 128, prières, Evangile de Luc, bénédiction du feu, fumiga­tion d'encens, prière, lecture du Livre des Rois, exorcismes, réprobation, Te Deum).

Les exorcismes en présence du Très Saint Sacrement sont particulièrement complexes et spectaculaires. Il en existe aussi de plus simples contre les envoûtements et les sortilèges divers. Parmi les exorcismes du Rituel consacré, on en trouve contre les maléfices du mariage, du lait et du beurre, pour retirer une signature donnée à Satan, pour faire rendre une ou plu-sieurs hosties consacrées et livrées au Démon, contre des Incubes et des Succubes, etc... Il existe enfin un Grand Exorcisme du Rituel de Malines, qui s'applique à tous les cas (signe de croix, Notre aide, etc..., prière spéciale, Evangile de Marc, Evangile de Luc, prière, Credo récité en commun, prière. Evangile de Matthieu, Evangile de Jean, exorcisme : « Je t'exorcise, esprit immonde, par le Père, etc... », présentation de la croix, prière, psaumes 74, 58, 66, 65, symbole de saint Athanase, bénédiction).

L'exorcisme procède du développement d'une force psychique emprun­tée à la collectivité. Dans la mesure où l'inconscient collectif du Moyen Age nourrissait les entités diaboliques les plus différenciées, sa propre force pou­vait être employée contre elle-même pour dénouer un complexe collectif. Dans les cas individuels, l'exorcisme consiste à appliquer ces forces psychi­ques à un cas témoin particulier. Cette transmutation de force, surprenante si on l'aborde sous l'angle du rituel, n'a rien de plus mystérieux que les phénomènes de métastase dont le D' Allendy nous développe le mécanisme à propos de la psychanalyse (v. Essai sur la guérison). A ce titre, on peut considérer l'aspect le plus général de la magie exorcisante comme une psy­chanalyse des temps pré-logiques ou des stades pré-logiques du développement de la personnalité.