MARQUE DU DIABLE

On sait que les sorcières qui vont au sabbat sont marquées par le diable, et ont particulièrement un en­droit insensible, que les juges ont fait quel­quefois sonder avec de longues épingles. Lorsque les prévenues ne jettent aucun cri et ne laissent voir aucune souffrance, elles sont réputées sorcières et condamnées comme telles, parce que c'est une preuve évidente de leur transport au sabbat. Delancre ajoute que toutes celles qui ont passé par ses mains ont avoué toutes ces choses lorsqu'el­les furent jetées au feu. Bodin prétend que le diable ne marque point celles qui se donnent à lui volontairement et qu'il croit fidèles; mais Delancre réfute cette assertion, en di­sant que toutes les plus grandes sorcières qu'il a vues avaient une ou plusieurs mar­ques, soit à l'oeil, soit ailleurs. Ces marques ont d'ordinaire la forme d'un petit croissant ou d'une griffe, ou d'une paire de cornes qui font la fourche.