Qu'est ce que la magie ?

  LA DEFINITION DU DICTIONNAIRE LITTRE

  C'est, selon le dictionnaire Littré, ce serait l'art prétendu de produire des effets contre nature. On distingue la magie blanche, et la magie noire, qui est censée opérer des effets surnaturels à l'aide des démons. Il ne s'agira ici que de cette dernière.

 

Primitivement la magie était la religion des "mages", c'est-à-dire les prêtres de la religion des anciens perses, après ceux de la Babylone antique en Assyrie. Au XVIIe siècle encore, chez nous, les mages incarnaient une sagesse exotique pressentant l'avènement d'une religion nouvelle : " Qu'était-ce que les mages dont nous honorons la mémoire ? Le mage qui était dépourvu de savoir était un charlatan. Ensuite le mot "mage" a fait place au mot "magicien".

 

Les mots "sorcellerie" (mot fabriqué sur l'ancien verbe "sorceler", et anciennement "sorcerie"), et "sorcier" viennent du bas-latin sortiarius, issu lui-même de sors, sortis. Le sorcier est celui qui jette un sort ou qui dit le sort. Contrairement au mot "magicien", le mot "sorcier" a toujours une connotation péjorative. Le sorcier, en effet, ne possède pas une science comme le magicien, il dispose seulement de recettes et la sorcière est l'opposé de la bonne fée. Sorcier et sorcière passent pour avoir fait un pacte avec le diable ou les dieux infernaux pour opérer des maléfices ; ils vont aussi, dit-on, à des assemblées nocturnes appelées "sabbats" ; mais ce dernier détail ne concerne pas l'époque antique.

 

En parlant de magie ou de sorcellerie (les deux concepts, au total, interfèrent), nous laisserons de côté les phénomènes de possession ou d'extase qui relèvent du chamanisme (phénomène religieux de Sibérie et d'Asie centrale). Des personnages comme Cassandre, d'une part, Oreste et Héraclès dans leur crise de folie d'autre part, pourraient être considérés comme des "chamans".

 

 

 

 Haut de page