La Mandragore

 

V. Agrippa - 2004   

 

 Ses différentes appellations:

 

La Mandragore est connue depuis trés longtemps, 2000 ans avant J.C.

Les prêtres babyloniens de Chaldée l'utilisaient sous le nom de Yabinhin ; en Grèce, elle portait le nom Plante de Circé ; Discorides en parlait sous le nom de Morion quand la racine se présentait sous la forme d'un homme et sous le nom de Thridacias quand la racine se présentait sous la forme d'une femme ; et la tradition hébraïque la nommait Dudhaïm.

Son nom latin est Mandragora officinarum, certains l'appelle Antropomorphos, c'est-à-dire "hominis imago", de ce fait les allemands avaient pris soin de dire que le nom de Mandragore était issu de leur langue à savoir de "man", c'est-à-dire homme et "dragen" porter ; pour dire "figuram hominis gerens" qui veut dire représentant ou portant la figure d'un homme.

Dans certaines provinces, elle fut nommée Mandragorgne, Mandagoire, Mandegloire, Main ou Mont de gloire, Mandore, Herbe du Matagon, Herbe du pic ou de l'espic, et Mandrage.

 

Sa naissance:

 

Les anciens disaient qu'elle pouvait naître de deux façons différentes.

Soit de façon naturelle par la semence mit en terre par l'homme; soit de façon magique, c'est cette dernière qui nous intéresse.

La Mandragore aux vertus magiques pousserait aux pieds de gibets et des roues de torture, on dit qu'elle prend naissance dans la terre régulièrement arrosée de sang et de sperme de pendus. Les frères Grimm vont même jusqu'à évoquer cette tradition en disant : "quand un jeune adolescent né de parents voleurs et qu'il devient à son tour voleur comme eux, si un jour il vient à être pendu et qu'il lâche du sang ou qu'il répand du sperme  par terre, la mandragore ou petit homme de potence, pousse dans cet endroit".

Certains livres anciens précisent que ces mandragores ne naissent que des hommes et non des femmes.

 

Les vertus naturelles

et médicinales de la

Mandragore:

 

La plante est riche en alcaloïdes, il s'agit d'atropine, de scopolamine et d'hyosciamine qui associés se retrouvent sous le terme de Mandragorine.

En cataplasme, elle est notamment anti-spasmodique et anti-inflammatoire ; en breuvage, elle hypnotique et hallucinogène, attention son emploi peut provoquer la mort.

Hippocrate (460-380 AV J.C) signale déjà son emploi interne en alcoolat, à titre anti-spasmodique et sédatif.

Galien (131-205 AV J.C) ainsi que Celselen (15 AV J.C) décrivent son action narcotique ainsi que son utilisation en collyre huileux à vertu mydriatique.

Discorides (41-68 AV J.C) la recommande en inhalation pour les amputations et las accouchements.

Pline (22-79 AV J.C) la recommande dans l'utilisation des incisions.

 

Elle sera ensuite utilisée dans la médecine moyenâgeuse sous forme d'anesthésient pour atténuer la douleur.

 

Cueillette de la mandragore:

 

Dans les anciens livres on trouve milles et une façon de la cueillir,en voici quelques une: Pline, dans son Histoire naturelle, rapporte « Ceux qui cueillent la mandragore prennent garde de n'avoir pas le vent en face. Ils décrivent trois cercles au­tour d'elle, avec une épée, puis ils l'enlèvent de terre en se tournant du côté du couchant. ».

 Paracelse  conseillait d'opérer La nuit du vendredi, lorsque les mandragores sont lumineuses après l'orage, il convient de les rechercher au pied d'un gibet, où le sperme du pendu leur apporte vitalité, ou sur les places de supplice ou de crémation. Un chien noir affamé, animal condamné, est attaché au pied de la plante, et ,excité par le son du cor, est appelé au loin, devant franchir trois cercles concentriques inscrits à terre autour de la mandragore à l'aide d'un poignard magique. La plante émet lors de l'arrachage un cri d'agonie insoutenable, tuant l'animal, et l'homme non éloigné aux oreilles non bouchées de cire. La racine devient magique après lavage, macération et maturation en linceul ; elle représente l'ébauche de l'homme, "petit homme planté" ou "homonculus". Ainsi choyée, elle reste éternellement fidèle à son maître et procure à son possesseur, prospérité prodigieuse, abondance de biens, et fécondité.
Stanislas de Guaïta décrira la scène avec quelques variantes dans son ouvrage le temple de satan:"C'est sous les gibets qu'ils allaient chercher la mandragore; pour l'arracher de terre,ils attachaient à sa racine la queue d'un chien,qu'ils frappaient d'un coup mortel. En se débattant,la pauvre bête agonisante déracinait la mandragore. Alors croyaient-ils l'âme sensitive du chien passait dans la mandragore, et, par sympathie, y attirait l'âme spirituelle du pendu!......

 

Tromperie de la mandragore

artificielle:

  

Albert le grand rapporte cette histoire dans ses écrits:"IL y a des suborneurs de peuple qui, abusant de la crédulité & simplicité des bonnes gens, se mettent en grand crédit par des tours de souplesse, qui en apparence ont quelque chose de surnaturel: de ce genre est la mandragore artificielle, avec laquelle ils contrefont les oracles divins. Comme je passois par Lille en Flandre, je fus invité, par un de mes amis à l'accompagner chez une vieille femme qui se mêloit de ce badinage, & qui passoit pour une grande devineresse, et je decouvris sa fourberie, qui ne pouvait être longtemps cachée. Cette vieille nous conduisit d'une lampe, à la lueur de laquelle on voyait, sur une table couverte d'une nappe, une espèce de petite statue ou poupée assise sur un trépied, ayant le bras gauche étendu, tenant de la main gauche une petite cordelette de soie fort déliée, au bout de laquelle pendait une petite mouche de fer bien poli, et au-dessous il y avait un verre de fougère, ensorte que la mouche pendait dans le verre environ la hauteur de deux doigts. Et le mystère de la veille consistait à commander à la mandragore de frapper la mouche contre le verre, pour rendre témoignage de ce que l'on voulait savoir. La vieille disait, par exemple: je te commande, mandragore, au nom de celui à qui tu dois obéir, que, si monsieur un tel doit être heureux dans le voyage qu'il va faire, tu fasses frapper la mouche trois fois contre le verre; et en disant les dernières paroles, elle approchait sa main à une petite distance, empoignant un petit bâton qui soutenait sa main élevée à peu près à la hauteur de la mouche suspendue, qui ne manquait point de frapper les trois coups contre le verre, quoique la vieille ne touchât en aucune façon à la statue, ni à la cordelette, ni à la mouche; ce qui étonnait ceux qui ne savaient pas la supercherie dont elle usait: et afin de duper les gens par la diversité de ses oracles, elle défendait à la mandragore de faire frapper la mouche contre le verre, si telle ou telle chose devait ou ne devait pas arriver: par exemple, je te défens, mandragore, au nom de celui à qui tu dois obéir, que tu ne fasses point frapper la mouche contre le verre, si monsieur un tel doit mourir avant sa femme; et mettant la main en la même posture que j'ai dit, la mouche ne frappait point contre le verre. Voici en quoi consistait tout l'artifice de la vieille, dont je m'aperçus, après l'avoir examiné un peu attentivement: la mouche de fer, qui était suspendue dans le verre au bout de la cordelette de soie, étant fort légère et bien aimanté, quand la vieille voulait qu'elle frappât contre le verre, elle mettait à un de ses doigts une bague, dans laquelle était enchâssé un assez gros morceau d'excellent aimant de manière que la vertu magnétique de la pierre mettait en mouvement la mouche aimantée, et lui faisait frapper autant de coups qu'elle voulait contre le verre; et lorsqu'elle voulait que la mouche ne frappât plus, elle ôtait de son doigt la bague sans qu'on s'en aperçut. Ceux qui étaient d'intelligence avec elle, et qui lui attiraient des pratiques, avaient soin de s'informer adroitement des affaires de ceux qu'ils lui amenaient, et ainsi on était facilement dupé.

 

Remplacement de la

mandragore:

Dans les contrées où la mandragore ne pousse pas, certains sorciers ont trouvés une manière de la remplacer, voici à ce sujet ce qu'en dit le grand albert:"il faut prendre une racine de bryone qui rappelle la figure humaine. On la sortira de terre un lundi dans le printemps, lorsque la lune est dans une heureuse constellation, soit en conjonction avec jupiter ou en aspect aimable avec vénus. L'on coupe les extrémités de cette racine, comme font les jardiniers, lorsqu'ils veulent transplanter une plante. Puis on doit l'enterrer dans un cimetière,au milieu de la fosse d'un homme mort et l'arroser,avant le soleil levé,durant un mois,avec du petit-lait de vache dans lequel on aura noyé trois chauves-souris. Au bout de ce temps on la retire de terre et on la trouve davantage ressemblante à la figure humaine. On la fait sécher dans un four chauffé avec de la verveine, et on la garde enveloppée dans un morceau de linceul qui ait servi à envelopper un mort. Tant que l'on est en possession de cette mystérieuse racine, on est heureux, soit à trouver quelque chose en chemin, soit à gagner dans le jeu de hasard, si bien que l'on voit tous les jours augmenter sa chance.

 

Pouvoirs et vertus de la

mandragore:

On attribut à la mandragore mille et une merveille, elle était censée apporter la chance, la gloire et l'amour à celui qui la possédait, certains l'utilisaient pour les philtres d'amour et les enchantements.

Les romains faisaient des petites statuettes appelées"alrunes", on retrouvera ensuite le terme "alruna" qui signifiait mandragore et sorcières à l'époque des goths en allemagne.

Certains portaient un morceau de mandragore dans la poche pour éviter la mort (le personnage de la mort étant pris à une certaine époque comme un vrai personnage), d'autres l'utilisaient pour avoir les faveurs d'une femme, voici ce rituel :

Recette pour se faire aimer d'une femme : taillez la racine d'une mandragore en lui donnant l'apparence d'une femme, puis, la tenant dans la main gauche, tracez au-dessus d'elle un pentagramme en disant : « Je vous appelle X. »  l'enterrer alors dans son jardin, l'arroser d'eau, de lait et de sang avec ces mots : « Ce sang et ce lait rendront X mon esclave à jamais. » Déterrez la racine la nuit suivante, une heure avant le lever du jour, et dites : « Que la lune bénisse ma prière pour remplir le coeur de X d'amour pour moi. » Une fois qu'elle est asséchée, il suffira à l'amoureux de planter une aiguille d'argent en plein coeur de la figurine en pensant à la femme aimée avant de la placer sur une fenêtre exposée aux rayons de la lune.

 

Cette plante serait un très bon condensateur et un très bon amplificateur, ajoutée à d'autres plantes ou encens, elle aurait le pouvoir d'amplifier la vertu de ceux-ci, elle serait aussi utilisée dans les condensateurs fluidiques liquides et aériens.

Certains faisaient des petites poupées de cire vierge dans lesquelles ils incorporaient des fragments de racines de mandragores et ensuite prenaient le plus grand soin de celles-ci afin d'en obtenir tous les services qu'ils souhaitaient.

Bien sûr la plante des mages n'a pas livré encore tous ses secrets et bon nombre de découvertes liées à ses vertus magiques seront faites dans l'avenir.

 

Bibliographie:

Le grand et le petit Albert éditions de Cologne 1703.

Toute la magie noire dévoilée, docteur Jaf et Caufeynon éditions populaire (début 1900?)

Le temple de satan, Stanislas de Guaïta éditions Hector & Henri Durville 1915.

L'encyclopédie des herbes magiques, Scott Cunnigham 1985.éditions Sand.

Rare et curieux discours de la plante appellée mandragore.L.Catelan 1634.

Les simples entre nature et société.éditions épi.1986.

Ainsi que les sources de Paracelse, Dioscorides, Pline l'ancien et Celse.

 

00035366