Sceau de Salomon

 

Figure formée de deux triangles composant un hexagramme étoilé. La tradition juive, d'une part, et la tradi­tion alchimique, d'autre part, accordent des sens spéciaux à chacun des deux triangles, font de l'hexagramme de Salomon une image du monde, image à sens multiples, valable sur le plan physique, moral et spirituel. On peut lire mille choses sur l'hexagramme de Salomon ; en fait, tout ce qu'on en dit revient aux considérations de base suivantes:

1 °) Le triangle ayant la signification symbolique que l'on sait, le triangle blanc, à base inférieure, symbolise Dieu ou les forces d'évolution.

2 °) Le triangle noir, parce qu'il est à la fois son opposé et son complément par rapport au nombre six, prend les sens in-verses et complémentaires (involution, huma­nité, forces terrestres).

3 °) Le sceau de Salomon inscriptible dans un hexagone parti­cipe de toutes les propriétés de cette figure (égalité du côté et du rayon du cercle cir­conscrit, etc...) et de celles du nombre six. En outre, il y ajoute la particularité d'avoir ses branches coupées en trois parties égales ce qui est un aspect de la division ternaire si caractéristique de la pensée kabbalistique.

4 °) Les couleurs blanche et noire attribuées aux deux triangles composant l'hexagramme apportent avec elles tout le symbolisme supplémentaire du noir et du blanc.

En résumé, le Sceau de Salomon est l'idéogramme type du stade ternaire. Il symbolise, en effet, tous les aspects des combinaisons possibles du binaire et du ternaire. Prendre garde qu'il n'a rien de commun avec l'hexenaire, sinon par ses résultantes : son principe est lié au ternaire.