DEDOUBLEMENT ou BILOCATION

 

  Le dédoublement est un phénomène naturel au cours duquel une partie subtile se détache du corps et peut effectuer des déplacements dans l'espace. Elle reste cepen­dant liée à lui par un prolongement fluidique, qu'on compare classiquement à un cordon ombilical. Il faut distinguer le dédoublement proprement dit :

 

1°) du dédoublement subjectif, dans lequel le sujet, par un phénomène de voyance, explore des endroits oïl il n'est pas sans que pourtant son corps fluidique ait quitté son corps. Du moins est-ce là une distinction qui s'im­pose expérimentalement ; on sait que pour certains auteurs tout fait de voyance correspond au contraire à la poussée d'un prolongement fluidique. De toute façon, il y a une différence à établir entre cette poussée et une sortie du corps.

 

2 °) des phénomènes d'aura Car lorsque l'on observe l'aura d'une personne, son corps fluidique coïncide avec son corps.

Le dédoublement peut être volontaire ou involontaire. Il est volontaire dans le cas de ces personnes si nombreuses au Thibet qui tombent brusquement dans un état léthargique et se dédoublent. Il est involontaire chez cet opéré dont on a pu photographier le double, debout aux côtés des chirurgiens et regardant le cours de l'opération. Il est invo­lontaire chez beaucoup de personnes qui sont en cours d'entraînement psy­chique et qui, poussant au maximum un état de retrait, s'évadent brus­quement d'eux-mêmes. Au contraire, le dédoublement volontaire résulte d'une technique dont nous ne pouvons donner ici une idée, même approximative. D'ailleurs, l'entraînement solitaire au dédoublement n'est pas sans danger car le tout n'est pas de sortir, mais aussi de savoir rentrer en soi.

Il existe une variété intermédiaire de dédoublement dans lequel le sujet doit être mis d'abord dans un état hypnoïde dit transe, dans le vocabulaire consacré puis, sous la conduite d'un opérateur averti, le dédoublement s'opère, ou cesse. La maniabilité du procédé l'a fait généralement préférer aux autres par les expérimentateurs amateurs ou professionnels. Ce qu'on observe vaut la peine d'être précisé. Le corps du sujet devient faiblement lumineux quelquefois d'abord dans la région correspondant au plexus solaire puis la forme luminescente se déplace par rapport au corps phy­sique, qui reste immobile. Le corps fluidique conserve une forme qui res-semble globalement à celle du corps.

 

Il peut s'éloigner, sortir de la pièce, etc...Quelquefois, une deuxième zone lumineuse rougeâtre apparaît près du sujet ; elle prend rarement un contenu défini. Pourtant, elle émane proprement du corps physique, qu'elle réintègre la première.

Quelle que soit l'interprétation qu'on donne au phénomène, il s'agit là d'un véritable dédoublement.

Dans le dédoublement provoqué, le médium garde un souvenir très variable de son voyage fluidique ; tantôt, il est nul, tantôt, il est tellement fleuri que les deux témoignages ont à peu près autant de valeur. Dans le dédoublement dirigé et volontaire, au contraire, on apprend :

 

1 °) Que le double est visible de personnes non prévenues.

 

2 °) Qu'il a des possibilités de voir et de sentir à peu près analogues à celles que l'homme possède à l'état normal.

 

3 °) Qu'il a la possibilité, dans des cas rares d'ailleurs, de lais­ser des traces matérielles de son passage. Cette dernière possibilité relève de facultés et d'entraînements assez exceptionnels.

 

La critique scientifique du phénomène est tôt faite : on a vu ou pas vu, les juges ont vu ou n'ont pas vu, les appareils photographiques ont enre­gistré ou n'ont pas enregistré, les traces matérielles sont dues à une super­cherie ou non. Du point de vue épistémologique, la critique est plus ardue : s'agit-il réellement d'un phénomène visible, ou d'une force fluidique capable ,d'impressionner à la fois la conscience, les pellicules sensibles, la matière  et de faire illusion au sujet lui-même ?

 

 

 Haut de page